Une séparation brutale (5)

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Hand Job

Une séparation brutale (5)Le samedi, je n’allais à l’agence que le matin, aussi, ce jour là, je décidais de passer chez le fleuriste avant de rentrer. Ma mère me fit un grand sourire, heureuse et surprise, en me voyant arriver les bras chargés d’un bouquet de roses.- Oh c’est magnifique, me fit-elle, mais il ne fallait pas.- Tu le mérites tellement.Je lui déposais un baiser sur les lèvres, qu’elle me rendit. Elle portait une robe foncée Desigual, avec plein de motifs colotés, un peu décoletée, qui lui arrivait au dessus des genoux. Je sentis qu’elle avait fait la cuisine, il y avait dans la maison une bonne odeur d’herbes de provence, de viande grillée, et de légumes cuits à la poelle.Elle alla chercher un vase. Mon regard tomba sur ses fesses, tandis qu’elle s’éloignait. Je la rejoignis à la cuisine, et alors qu’elle s’occupait à mettre les roses dans le vase, je lui attrappais les seins au travers de sa robe, et me mis à les malaxer et les carresser. Ma mère poussa un petit soupir de plaisir. Je baissais la petite fermeture sur le coté de sa robe, et fit glisser le tissu le long de son corps. Ses seins se dévoilèrent. Elle ne portait pas de soutien gorge. Puis quand sa robe tomba, elle se retrouva en petite culotte en dentelles, blanche.- C’est comme ça que je t’aime…Ma mère laissa la robe trainer au sol. Elle alla poser le bouquet de fleurs sur la table du salon, puis revint nous servir le repas. Je m’installais à table, sans l’aider. Elle apporta nos assiettes, ainsi que nos couverts. Puis, elle alla chercher une bouteille d’eau et des glaçons. Tandis qu’elle faisait ses allers retours, je me déshabillais un peu, retirant ma chemise, puis mon pantalon, me retrouvant simplement en caleçon. On était installés dans l’angle de la table, et on faisait face à la baie vitrée pour voir la vue, qui était dégagée. L’appartement surplombait güvenilir bahis la piscine, on entendait parfois les enfants jouer, et on profitait sinon du calme des jardins de la résidence.Ma mère nous coupa du pain, et on se souhaita bon appétit. Je me penchais vers ma mère, pour l’embrasser doucement. Elle me tendit également ses lèvres et me rendit un doux baiser.On commença à manger sans un bruit. Le repas était parfait, bien cuit, et assésoné. Ma mère savait bien cuisiner. Mon père n’avait jamais vraiment su la complimenter là dessus, il trouvait que c’était normal, et elle réalisait des repas pour une dizaine d’invités sans qu’il ne la complimente jamais.- C’est vraiment bon maman. Tu es merveilleuse.Ma mère rougit un peu et me fit un sourire. Elle me répondit simplement :- Tu veux qu’on fasse quoi cet après-midi ?Je la regardais avec un petit sourire.- Encore… fit-elle. Tu as vraiment un appetit sexuel démesuré.- C’est toi qui m’inspire.Ma mère rougit encore un peu plus.- Et… que je sois ta maman… ça ne te gène pas par moment ?- Ca te tourmente ça… c’est pas le première fois que tu me poses la question.- Ce n’est pas rien. Ce n’est pas anodin.Ma mère avait la voix presque coupée en me disant cela.- C’est quoi cette petite voix ? Toi aussi tu jouis fort, même si c’est ma queue qui te prend la chatte. Je pense que tu n’aurais jamais imaginé de faire l’amour avec ton fils, n’est ce pas ?- Mon dieu non jamais.- Et maintenant que ça fait un mois que je vais entre tes jambes… tu en penses quoi ? à mon souvenir, il n’y a pas eu un jour où nous n’avons pas fait l’amour. J’ai mon idée, mais j’aimerai avoir la tienne.- Non, toi, dis moi d’abord ce que tu penses.- Tu as l’air comblée. En tout cas, tu as tout pour l’être. Je pense qu’il reste encore une partie de toi qui trouve que tout cela n’est pas bien.- C’est à peu türkçe bahis pres ça. Rappelle toi, au début je ne voulais pas, et c’est toi qui a été plus qu’insistant, et tu as brusqué les choses. Maintenant, avec les semaines qui ont passé, les choses se sont un peu adoucies, mais je ne peux m’empêcher de te voir comme mon fils. Alors je me dis que tu t’occupes de nous, que tu travailles dur, que tu fais en sorte de subvenir à nos besoins, et j’essaie de mon coté de te rendre heureux, que tu trouves une maison bien entretenue, que tes affaires soient rangées, et que tu te sentes aimé comme tu en as envi.- Je suis sur que tu ne jouissais pas pareil avec papa.Pour le coup, ma mère devint écarlate. Ca, elle ne pouvait pas le nier, elle se surprenait elle-même à être extrement excitée quand je commençais à la toucher, le poids du tabou et de l’interdit, elle le savait, plus l’amour qu’elle ressentait pour moi. Et quand elle jouissait, c’était plus fort que tout, elle n’aurait pu le décrire. Il y avait à la fois de la culpabilité, de la honte, mais aussi du plaisir de partager cela avec son fils ; quelque chose d’unique qui les liaient plus que tout.- Tu t’es déjà masturbée en pensant à moi, quand je suis au travail ?Ma mère secoua la tête doucement, non disait-elle. – On passe tellement de temps au lit ensemble, ajouta t-elle. Quand tu n’es pas là, j’ai des choses à faire.- J’ai envi que tu me branles avec ta culotte.Sans un mot, ma mère se souleva un peu de sa chaise, fit descendre sa culotte en dentelles, et la prit dans sa main.- Fais voir un peu.J’ouvris un peu la culotte, pour en voir l’interieur, je remarquais une petite trace séchée, et j’amenais la main de ma mère à ma bouche. Je donnais quelques coups de langue dans sa culotte, et sortit ma queue de mon calecon.- Mmmhh, j’adore ton gout et ton odeur.Ma mère descendit sa main, frottant güvenilir bahis siteleri sa culotte contre mon torse, mon ventre, puis l’entoura autour de ma queue. Elle se mit à me masturber doucement. Elle me regardait attentivement, et voyant que j’appréciais, elle accélera la cadence de sa main.- Tu es belle maman. Je t’aime.- Oh je t’aime aussi, fit-elle.- Dis le encore…Ma mère accélera encore le mouvement de sa main, et répéta à nouveau “je t’aime”. Puis elle se pencha vers moi, frotta ses seins contre moi, m’embrassa sur la bouche. “je t’aime” répéta t-elle, en s’asseyant à nouveau sur sa chaise et écartant ses cuisses. Elle commença à se carresser de sa main libre. Elle gardait ses doigts posés sur le haut de sa chatte, et agitait de gauche à droite. Elle s’activa ainsi pendant deux ou trois minutes, et murmura d’un coup :- je vais jouir…- regarde ma queue.Ma mère jeta un oeil à mon sexe, qu’elle branlait dans sa culotte. Elle me vit cracher mon foutre, un premier jet qui s’étala dans ses dentelles, puis un autre qui ne fut pas stoppé par sa culotte, et qui gicla loin devant. Ma mère jouit aussitot, envahie de désirs et d’extase. Elle poussa deux ou trois longs soupirs, et un peu de mouille coula de sa chatte.En sueur, elle s’affala davantage dans la chaise. – Remets ta culotte maman, j’ai envi que tu portes mon sperme contre toi.Elle ne dit rien, remit la culotte, bien chargée de foutre à l’interieur, à l’endroit même où j’avais léché ses taches séchées.Finalement, nous sommes sortis une partie de l’après midi. Nous sommes allé faire quelques courses, puis visiter un musée que ma mère avait envi d’aller voir depuis un moment. Devant son enthousiasme, je ne pouvais qu’être heureux. Et je souriais aussi, sachant que sous sa robe, dans sa culotte, se cachait le secret de notre lien, sous la forme de sperme qui collait dans le pubis de sa chatte.A la fin de la visite du musée, elle accepta de m’embrasser sur la bouche, en public.Le soir, je l’ai enculée fort. En fait, je me rendais compte que je lui faisais le cul tous les soirs depuis une semaine.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın