Agnes

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

AgnesJ’ai été une sorte d’amant singulier. J’avais seize ans et elle en avait quarante bien sonnés. Elle était la meilleure amie de ma mère. Cette dernière avait une admiration sans borne pour cette voisine nommée Agnès. Mon père la détestait et s’offusquait de ses manières. En effet elle affectait toujours un ton dédaigneux et de supériorité lorsqu’elle s’adressait aux gens du quartier. Elle avait échoué on ne sait comment à cet endroit de la ville. Elle avait divorcé d’un type brillant, professeur de philosophie à la grande époque gauchiste de Vincennes et qui s’était suicidé. Les bouquins de ce dernier était alors en bonne place dans le salon.Je sus par la suite que celle-ci avait eu ma mère dans la troupe de ses amantes. Bref elle exerça sur nous un sacré pouvoir. Nous fûmes comme éberlués de son départ mystérieux et soudain. Je fus enrôlé comme par hasard dans sa clique. Il était inévitable que je succombe après ma mère. Celle-ci eût le malheur de révéler que j’avais entre autres bouquins « l’homme révolté » de Camus et la « Justine » du marquis de Sade. Agnes se crût obligé de régenter mes goûts et mon savoir. Un soir tandis que je me branlais en douce sous la couverture, elle surgit dans la chambre. J’étais à mille lieux de songer à elle. Je la croyais dans le salon à deviser avec ma mère. J’eus du mal à cacher l’activité illicite auquel je sacrifiais. Sa lubricité native la renseigna d’emblée. Elle éructa contre ce machiste et aristocrate Sade. Celui-ci n’avait gagné qu’à demeurer éternellement en prison et à fournir à des puceaux tels que moi de pauvres occasions. Bref elle était résolue à me sauver. « Connais-tu Anais Nim ? » je répondis que non. Elle vint s’asseoir sur mon lit et tandis que nous conversions sa main incidemment vint à caresser l’endroit juste où se nichait ma queue raide encore. Elle me branla savamment me fixant droit dans les yeux. « Tu vois tu aurais beaucoup à apprendre de moi. » En un instant sa bouche fut collée à la mienne. Elle me vola d’un coup ce baiser et mon âme. Je reprenais à bahis firmaları peine mes esprits qu’elle était déjà redescendue. « Ton fils est un nigaud » l’entendis-je dire. « Envoie le moi cependant dès demain ». J’étais embarqué désormais. Au physique, elle dégageait une force sensuelle qui justement subjuguait tant les hommes que les femmes. Elle dominait cependant de par la seule puissance de son caractère. Les seules hommes admis en son lit se partageaient entre l’ouvrier viril analphabète, le nègre sans papier ou le puceau tel que moi. Seule une fois elle admit que M Trignac le vieux pharmacien de soixante ans l’att**** dans son officine. Il était vicieux comme un diable et pouvait ce jour là lui obtenir un médicament fort rare car prohibé. Son goût allait plus spontanément aux femmes. Jeunes ou vieilles indifféremment. Beaucoup en demeurèrent folles et amoureuses dont ma mère. Mon père n’avait pas tort de l’appeler sorcière. J’ai eu le privilège pendant quelques mois de découvrir et de fréquenter l’antre de la sorcière. Lors de ma première visite, elle m’obligea à demeurer nu sur une chaise et à répondre à ses questions. Elle convint de mes lacunes manifestes en littérature mais aussi d’une curiosité indéniable. J’étais digne d’être un disciple. Comment vous la décrire ? Elle était brune et avait toujours une tignasse ébouriffée qui ne parvenait pas à cacher la beauté de ses traits et surtout d’un regard gris clair qui vous émouvait pour peu que vous en étiez traversé. Toute cette v******e et impétuosité semblaient destinés à nier qu’elle avait été belle et innocente aux premiers jours. Ce mélange de grâce passée et de présente cruauté ne laissaient pas de fasciner le profane ou l’imprudente. Elle jouait savamment de ce registre ambigu. J’ai souvent contemplé ces revirements soudains. Aujourd’hui je conclu à ce qu’elle était folle et résolue à en finir une fois pour toute. Le jour de notre première confrontation, elle avait arboré une sorte de blouse en toile grise boutonnée sur le devant et qui la faisait kaçak iddaa ressembler à une détenue de prison. Elle s’était maquillée outrageusement et puait le parfum. Il était par trop évident qu’elle avait voulu m’honorer d’une mise en scène particulière. J’eus peur de sa mine et du fait que j’étais nu et qu’elle allait en guise de sabbat me cuire peut-être dans sa marmite. Je réfléchissais déjà à la façon de m’enfuir. Mais elle avait la traîtresse emporté tous mes vêtements dans la pièce à côté. Je commençais à grelotter. Je parvenais difficilement à donner sens à mes phrases. Son questionnement avait baissé d’intensité. Un étrange silence commençait à trouer la conversation. « Tu regrettes ? ». Je fus surpris de la question. « Je balbutiais que non et que j’étais là pour apprendre. « Pour être initié mon cœur ! ». « Me trouves-tu laide ? ». « J’effraie parfois quelques hommes. ». « Vous avez du chien. Je pense comme maman ». Ma répartie inattendue la fit éclater de rire. »Tais toi ta mère est idiote, tu le sais. » Je n’osais avec quelque lâcheté protester. Maintenant elle me tournait le dos et je ne sus de suite qu’elle se déboutonnait. En effet lorsqu’elle se retourna je vis apparaître ses deux gros seins et le début d’un ventre rond. Elle était hilare et rayonnante. Elle était déjà sur moi. « T’en as déjà vu d’aussi beaux ? ». L’odeur de sa chair dont j’allais être si familier m’imprégnait à présent. Elle me frotta les nichons sur la figure. Ils était lourds et les tétons dures. Je suffoquais sous l’assaut. Elle avait entre temps ouvert toute sa blouse et pris l’une de mes mains. Celle-ci fut obligée à parcourir son entre cuisse si mouillée et poilue. J’eus la nausée. C’était la première fois que je découvrais une femme. Je compris que j’étais victime d’une sorte de dépucelage ou de viol. Elle parvint à juguler ma frayeur par un baiser non moins puissant que celui de la veille. Je fus subjugué pour le coup. Elle avait attrapé ensuite ma bite et la branlait énergiquement. Je laissais faire. Elle me pilotait. J’eus kaçak bahis droit à ma première fellation. Elle était prosternée entre mes genoux et me pompait ardemment. Emotion, nouvelle sensation. Agnès avait la bouche chaude et gourmande. Cela dura une éternité. Je jouissais maintenant dans sa bouche. La grande prêtresse mit un point d’honneur à avaler toute ma substance. Elle ne voulut rien perdre de son nouveau disciple. « Leçon une aujourd’hui mon chérie, il faudra que tu fasses davantage d’exercice la prochaine fois ». Du même rire sonore elle ponctua sa blague. Elle me bourra la poche de toutes sortes de bonbons, me confia à lire le neveu de Rameau pour la prochaine fois et de ne rien rapporter de précis à ma mère. En effet je demeurais pour elle évasif quant à évoquer le fond de la séance. Mon père haussa les épaules, j’étais pour lui définitivement perdu. La séance suivante, je parvins un peu pataud à m’installer entre ses cuisses et à introduire la tête de mon sexe dans son ouverture. Je fus accueilli chaleureusement dans la caverne. Je n’eus pas le temps d’y compter les ombres. Je batifolais et éjaculais hâtivement. Agnès m’enquit de prendre mon temps la prochaine fois et de savourer davantage le paysage. J’apprenais vite. Je brûlais toutes les étapes. Sade n’avait pas tort de mélanger les belles lettres et le sexe. Je parvins enfin à sodomiser correctement Agnès après que nous eûmes devisé sur la fille aux yeux d’or de Balzac.Avec Agnès j’ai pris ce goût de la femme charnue et généreuse comme le sont les reines et les déesses de Rubens. Je devins ainsi canaille et déluré. Elle fut impressionnée la fois que dans le dos de ma mère je pris le moment de lui fourrer une main dans la culotte. J’avais bien appris de la transgression. Elle me retourna la politesse une autre fois. C’était la nuit, nous étions tous deux à l’arrière de la voiture du père. Nous profitâmes de la pluie, du vent, de la nuit et de la radio trop forte. Elle eût l’audace de me sucer tandis que je soutenais une âpre conversation sur le Coran avec mon père. J’éjaculais par Allah. Agnès dut tout avaler. J’eus peur lors des embrassades que mes parents perçurent qu’elle avait sur le visage comme une odeur de sperme. Nous nous sommes mille fois amusés de la sorte.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın