Samia – 47 En Chine.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anal

Samia – 47 En Chine.Quatrième partie Dans la vie, on dirait qu’il y a des périodes positives et puis d’autres qui le sont nettement moins. Dans le jet, qui nous amène en Chine, je me doute que tout ne va pas être rose, loin de là, mais je suis tenace et j’ai un plan.— Encore?!Oui la Voix, encore un plan… Pas pour tout de suite, mais dans quelques semaines, on s’évadera. Je regarde les lignes de ma main et je vois un grand changement pour bientôt. Vous n’y croyez pas?? Vous avez tort : la chiromancie est une science, pour nous, les Roms.On voyage avec mon beau-père et des cadres de la société. J’ai essayé de lui parler, mais il m’a coupé la parole :— Ton complice et toi, vous êtes punis, tu pourras me parler dans 3 mois.Ce genre de phrase n’incite pas à poursuivre la discussion… On reçoit à boire et à manger et c’est déjà ça. Julien me confie tout bas :— J’ai peur, Samia.Je lui montre la paume de ma paume pour lui expliquer notre avenir. Il me croit, lui. On somnole, puis je m’endors carrément.***On atterrit dans un aéroport régional. Certainement pas celui de Pékin ou d’une grande ville. En descendant du jet, je me dis qu’on doit être dans le sud de la Chine, étant donné la chaleur. Les formalités douanières sont rapidement expédiées, on dirait que mon beau-père est “personna grata” ici. Il montre nos passeports, c’est curieux parce que je n’en avais pas?!Des Chinois nous attendent : il y a des poignées de mains et des courbettes, sauf pour nous. Ils parlent tous anglais, coup de chance. Mon beau-père nous désigne en disant :— Ce sont les petits voleurs dont je vous ai parlé.Sourires entendus des Chinois, ils voient très bien. Un gros homme ricane en me regardant et dit :— Non allons les rééduquer.Oh que ça ne sent pas bon?! Je me demande à quelle sauce soja nous allons être mangés.Des voitures nous attendent. Julien et moi on est seuls dans une voiture avec deux hommes qui sont nettement moins souriants que ceux qui ont accueilli mon beau-père. Julien doit monter à côté du conducteur, tandis que je suis à l’arrière avec un autre homme. On quitte la ville. Il y a des champs mais aussi une végétation tropicale et puis il fait chaud… L’homme avec qui je suis se tourne vers moi, plonge la main dans mon décolleté et caresse mes seins moites en disant dans un anglais approximatif :— Vous, les femmes occidentales, vous avez une seule qualité : des beaux seins?!C’est un peu restrictif, non?? Je réponds :— Merci, monsieur. Qu’est-ce qu’on va nous faire??— Ouvrières de 3e classe.— C’est dur Monsieur??— Vous êtes punies?!Ouais… On pénètre dans une vraie forêt de bambous, j’apprécierais si je n’avais pas une boule au ventre. Je regarde vite la paume de ma main, le changement positif est toujours là, écrit dans ma paume, ouf?!On roule un moment entre les bambous géants canlı bahis et on arrive devant l’usine. C’est un immense bâtiment à un étage. Il y a une entrée, entourée de parterres de jolies fleurs. J’aperçois mon beau-père qui monte les quelques marches avec ses collaborateurs. Je voudrais aussi prendre la grande entrée, mais au lieu de ça, on doit entrer par une petite porte. On arrive dans un grand bureau, une dizaine d’hommes et de femmes y travaillent. Il y a parfois un homme ou une femme devant leurs bureaux. Une Occidentale est nue et elle a l’air aussi mal à l’aise que moi. Le garde nous dit :— Attendez derrière la fille.Derrière le bureau, il y a un Chinois qui pourrait jouer les méchants dans un James Bond. Il interroge la fille en anglais… Je n’écoute pas, trop occupée à rêver de mon évasion. Enfin, à notre évasion…L’interrogatoire de la fille se termine, le méchant la fait venir près de lui et il écrit une série de chiffres et de lettres sur sa cuisse, sans doute son numéro d’identification. C’est à nous, il dit :— Donnez-moi vos papiers.On lui donne nos passeports. Il regarde nos noms, vérifie dans une liste puis il a un petit rire grinçant et il dit quelque chose en chinois. Aussitôt, tout le monde nous regarde. On va les intéresser de plus en plus, car l’homme nous dit :— Déshabillez-vous et déposez vos vêtements et bijoux ici.Il nous montre une boîte en carton. J’enlève mes vêtements, mes bagues et mes chaînes, j’ai le cœur gros, car j’aime mes bijoux.Nus, on est de nouveau le centre d’intérêt, surtout Giulia redevenue Julien. L’homme se lève et du doigt, il fait bouger rapidement le sexe de Julien en disant “ding, ding, ding”.Ça fait rire tout le monde. Quelques-uns doivent dire un truc comique, tout le monde rit à nouveau, sauf nous?! L’homme écrit aussi une suite de chiffres et de lettres sur nos cuisses, puis il nous dit aussi :— Allez dans le local 4.On entre dans une autre grande pièce. La fille qui était devant nous est là. Elle attend, appuyée contre un mur. Il y a une Chinoise assise derrière un bureau et un homme occupé à assembler des pièces de métal. On attend longtemps, sans oser se plaindre ni même parler. Je touche la main de la fille qui fait une légère pression sur ma main. Un tout petit peu de réconfort. C’est une jolie blonde mince, peut être une Danoise ou une Suédoise. Enfin, l’homme dit quelque chose à la femme. Celle-ci se tourne vers nous en disant :— Inge, Samia, Giulia, venez ici, devant moi.On obéit et elle dit à la blonde :— Inge, tu es condamnée à 6 mois de travaux d’utilité publique, pour prostitution.L’homme va derrière elle et il referme un collier autour de son cou. Ensuite, c’est à moi :— Samia, tu es condamnée à 3 mois pour vol.Puis, c’est le tour de Giulia. Le collier est froid, mais léger. Je regarde ce qui bahis siteleri est marqué sur celui de la fille : Inge, puis son matricule. La femme nous dit :— Vous garderez ce collier durant toute la durée de votre peine. Essayer de l’enlever est fortement déconseillé.Elle me regarde et ajoute :— Il permet de vous localiser où que vous soyez, tu comprends ce que ça veut dire??— Oui, Madame.M’en fous, mon évasion est écrite dans la paume de ma main. La femme ouvre une porte et nous dit :— Allez vous faire photographier.On entre dans une petite pièce. Il y a un gros homme qui lit un magazine assis dans un fauteuil. Il se lève et prend une longue baguette de bambou. Mais on n’a rien fait?! Il nous dit :— Il faudra être très obéissants, sinon…Il fait siffler le bambou dans l’air. On a bien compris, là. Il nous examine et il a l’air très intéressé par Julien. Il lui dit :— Mets-toi devant ce mur blanc.Quand Julien est en place, il l’examine soigneusement, caresse ses fesses puis son ventre. Il s’arrête sur son sexe et il fait le même geste que la femme tout à l’heure “ding, ding, ding”, en le tripotant. Mon mari se tortille un peu, ah, elle sait y faire, la petite salope. L’homme lui dit :— Faut qu’on le voie un peu sur les photos. Je vais arranger ça.Il se met à genoux et embrasse le minuscule service trois-pièces de Julien. J’espère que tous les Chinois ne sont pas devenus gay, car je compte sur mon physique pour m’échapper d’ici. Le Chinois lui caresse les fesses en même temps… Cette petite salope gémit et se fait aller et venir dans la bouche de l’homme. Je le connais bien et je vois quand il est prêt de jouir. Voilà, ça y est, il pousse des petits cris tandis que le Chinois déglutit. Soi-disant qu’il voulait qu’on voit le sexe sur les photos, maintenant qu’il a joui, il va avoir une bite de musaraigne pygmée?!! Pardon, frère musaraigne, si ça se trouve vous en avez une énorme.Julien caresse la main du Chinois en disant :— Merci, Monsieur.C’est ça, lèche-lui le cul pendant que tu y es. Bon, réfléchis Samia. Si Julien plaît à ce point, c’est très intéressant pour ton plan.L’homme fait des photos de lui, de face de profil, à quatre pattes et même des gros plans de son sexe de musaraigne et de son anus. Ça sent la collection personnelle. Quand il a fini, c’est notre tour. Il nous dit :— Vous, vous poserez à deux.On se met devant le mur blanc. Il fait des photos de visages en passant de l’une à l’autre. Manifestement, il n’a pas de temps à perdre avec les filles. Il dit :— Tournez la tête à gauche.C’est le stress ou je ne sais pas quoi, mais je me trompe et Inge et moi, on se retrouve face à face, à la grande rage du Chinois qui prend son bambou et frappe mes mollets et mes cuisses. Sale brute?! Je pousse des cris en sautant sur place. Il me dit :— C’est pour te bahis şirketleri foutre de moi ?— Mais non, je vous jure, j’ai peur et…— À quatre pattes?!On se met aussitôt en position, l’une contre l’autre, ce qui vaut à chacune un coup de bambou sur les fesses, tandis qu’il crie :— Pas serrées, putains?!On se déplace et il fait des photos.— Écartez vos fesses.On le fait avec nos mains. Il hurle à nouveau :— C’est pas assez, vous vous foutez de moi?! Toi, écarte les fesses de ces putes.Julien vient se mettre à cheval sur mes reins et écarte bien mes fesses. Ensuite, il écarte les fesses de Inge. Le Chinois lui explique :— Tous les anus sont différents, c’est comme les empreintes digitales. Les vulves aussi, mais je ne les photographie pas : c’est trop dégoûtant.Seigneur, faites que ce soit le seul gay, ici. Il a fini et embrasse Julien sur la bouche. Il ouvre une porte et nous passons dans la pièce suivante. Sur un comptoir, il y a une série d’uniformes. Le magasinier est un mec pas mal du tout. Son œil s’allume quand il nous regarde. Ouf?! Un homme?! Je veux dire un vrai. Ayant vu les marques sur nos jambes, il dit en souriant :— Monsieur Li n’aime pas beaucoup les femmes.Je lui fais mon regard «?Toi, tout ce que tu veux, quand tu veux?» et j’ose lui dire :— Mais vous, vous les aimez, Monsieur ?— Moi, oui…— Mon amie et moi, on peut vous sucer à deux, ça va vous plaire…Il rit… hésite, puis répond :— Pourquoi pas.J’ai entendu que Inge est une pute. Une pute, ça sait sucer, non??Je lui dis :— On le suce à deux??— … Euh… oui…On va se mettre à genoux devant le magasinier. Il écarte les cuisses pour nous faire une petite place. J’ouvre son pantalon et en sors des attributs d’homme, une belle bite, des couilles bien rebondies. Je tire sur la peau du sexe… et le lèche un moment, puis, je le passe à Inge qui a l’air tout intimidée. Elle lèche timidement, j’appuie sur sa tête pour enfoncer complètement le gland dans sa bouche, puis je le reprends dans la mienne, car elle est nulle. Si elle c’est une pute, moi je suis bonne sœur?! Je m’apprête à lui montrer ma technique pour sucer une bite, mais il me dit :— Tu fais ça bien, mais on continuera plus tard. On va être dérangés.Je retire ce que j’ai en bouche pour répondre :— Oui Monsieur, quand vous voulez.Je suis déçue… mais je pense que je lui plais quand même, surtout que deux filles nues arrivent dans la pièce. Il savait qu’elles allaient arriver.Il reprend son rôle de magasinier et nous donne des vêtements. Il s’agit d’uniforme en toile de couleur orange, comme dans les prisons américaines. Un pantalon qui s’arrête aux genoux, un tee-shirt et une petite veste. Dans le dos du tee-shirt et de la veste de Julien et moi, il est écrit «?thief?», «?voleur?» en anglais, plus des idéogrammes chinois. Pour Inge c’est «?whore?», pute. Et aux pieds?? Rien. Quand on est habillées, il nous indique une porte pour aller dans le local suivant. Il me sourit… Ouf?! Je plais toujours.À suivreToutes les infos sur mes livres : mia.michael@hotmail.fr

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın