Mûres71/Cécile,le vice dans la peau 3

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

Mûres71/Cécile,le vice dans la peau 3Les jambes maigres de la vieille dame étaient encore toutes crispées tant elle avait joui en se pinçant le clitoris. Posant les mains sur la table de la cuisine, elle referma les cuisses sur sa touffe toute poisseuse de jouissance, tandis que le jeune homme qui logeait chez elle, après avoir juté dans la bouche de la poupée, quittait la pièce pour se laver la queue à la salle de bains.Lucia, la petite poupée que Cécile avait acheté pour son protégé, dégoulinait maintenant de sperme. Ses jolies lèvres d’un rouge cerise brillaient comme un glacis de pâtisserie sous la coulée de foutre qui brillait au soleil. De grosses gouttes souillaient le menton de la petite fée, qui restait assise comme Cécile l’avait placée. Elle regardait son voir la table en désordre du petit déjeuner, d’un oeil doux, sans malice, comme si elle avait été une poupée ordinaire, alors que tout en elle avait été conçu pour faire juter les bites. Sa bouche était un petit réceptacle à sperme. Elle n’était pas faite pour être posée sur la commode en bois blanc d’une chambre de petite fille. Ses jambes pouvaient s’ouvrir pour montrer une fente mignonne, faite pour qu’un homme frustré puisse délicieusement s’y branler. Cécile, qui aimait l’ordre, pris la poupée dans ses bras, pour la débarbouiller. Avant de lui passer une serviette humide sur le visage, puis du savon, puis un gel désinfectant, que le sex-shop lui avait recommandé, la dame recueillit un grosse goutte de sperme qui semblait empêcher la petite de parler, et regarda son doigt tout poisseux. Elle regarda ensuite reflet dans le miroir. Elle sourit à la vieille dame austère qui levait ainsi un index plein de foutre, et le güvenilir canlı bahis siteleri porta à ses lèvres.-Je lèche du sperme, je suis peut-être une salope…de quoi ai-je l’air, si je sors ma langue, et que je me lèche le doigt? se disait à peu près Cécile, dans un dialogue intérieur et confus. Je goûte le sperme d’un jeune homme qui est né quand j’avais…voyons…Elle fut horrifiée…..cinquante-trois ans? Est-ce que je suis vraiment si vicieuse? Est-ce que je suis, au fond, une vieille salope qui a besoin de sexe intense? Comment en suis-je arrivée là?La fin de la matinée s’écoula presque normalement. Cécile était toute émoustillée, le jeune homme était détendu. En s’habillant, la vieille dame avait l’impression d’enfiler une ancienne peau, le costume beige et terne d’une dame banale, sans vice ni folie.Le jeune homme devait partir quelques jours pour retrouver ses parents. A peine avait-il refermé la porte que Cécile ressentit un manque.En retrouvant la chaise sur laquelle elle s’était caressée quelques heures auparavant, elle ne put s’empêcher de passer sa main osseuse sous sa jupe. Elle ne savait pas si elle pourrait jouir, mais la vieille dame avait envie de se branler.-Je suis une vieille salope.Le simple fait de murmurer cela déclencha une sorte de lointaine décharge tout au fond de sa matrice.D’habitude elle se masturbait dans son lit, environ deux ou trois fois par semaines, rapidement, nerveusement, d’abord avec des frottements autour de son clitoris, puis avec le cuisses très serrées, le doigt sur le bouton.Elle le faisait par accoutumance, sans penser à rien de précis. Elle pensait qu’à 75 ans, elle devait être une exception, une drôle de vieille güvenilir illegal bahis siteleri dame qui gardai des impulsions d’adolescente.Ce qu’elle ignorait, c’est que Madame Josette X…, sa voisine de palier, avec ses gros seins et ses habits ternes, se branlait vigoureusement, comme elle. Non seulement, elle y consacrait plus de temps que Cécile, mais elle s’était commandé un truc en plastique au bout tournant, qui faisait un bruit de ponceuse. Le machin était arrivé, Dieu merci, “sous pli discret”, comme le promettait la revue. Les temps avaient changé depuis sa jeunesse: on recevait maintenant dans sa boîte aux lettres des fascicules publicitaires de vente par correspondance, édités en Allemagne, lesquels proposaient des brosses pour les stores, des épilateurs, des arbres à chats, des arrosoirs, des décorations kitsch, et au détours d’une page…des godes, des masturbateurs, innocemment intitulés: “ustensiles de massage…offrant une détente optimale”. C’était tout juste si ces bites en plastique ne s’appelaient pas “nécessaire de méditation”.La nuit de noce entre l’engin à bout tournant et la grosse moule de Josette avait été une réussite. La grand-mère s’était découvert une nature de masturbatrice. Comme elle avait juté, putain c’était bon ce pénis tournant qui la caressant obstinément, sans faiblir, à toute heure du jour et de la nuit!Malheureusement, Josette se contentait trop bien de cette jouissance. Le plaisir, c’était maintenant pour elle uniquement se mettre sur le dos, se plaquer le masturbateur qui, à défaut de monter les blancs en neige, faisait couler le con en mouille, voire en mousse. Elle n’imaginait pas que jeune voisin portugais, güvenilir bahis şirketleri qui n’avait personne en ce moment, aurait pu lui pilonner la moule, et juter vigoureusement, la tête en arrière, les avants-bras tendus, sur la grand-mère aux cuisses ouvertes. Juste avant que sa fille ne lui téléphone pour prendre de ses nouvelles, elle se serait fait tirer comme une pute, le vagin réjoui et repu. Le jeune serait reparti, les couilles légères, après une bonne coupe de vin mousseux, que les amants improbables auraient dégusté, avachis, débraillés, à moitié nus, les sexes repus. Mais non, elle ne le concevait pas. Elle continuait de s’habiller dans de gros tissus bruns ou beiges, de ne pas se maquiller, de se laissait castrer la chevelure par la mode, c’est-à-dire de se coiffer, alors qu’elle était une dame, à peu près comme le concierge.Cécile, par contre, sentait en elle une impulsion nouvelle. Elle voulait libérer la vice qu’elle sentait grandir en elle. C’était décidé. Demain, elle irait en ville, rafraîchirait sa garde-robe, et ferait quelques emplettes dans un sex-shop. Elle voulait être prête quand son jeune logeur reviendrait. Elle voudrait qu’il se sente attiré par elle, peut-être même qu’il la saute. C’est cela! Autant aller jusqu’au bout.Le soir, elle n’arrivait pas bien à dormir. Elle se releva, et pris la poupée sexuelle dans son lit, comme pour avoir une compagnie. Elle plaça la petite Lucia à côté d’elle, comme si elles allaient dormir côte à côte.Mais le sommeil ne venait pas. Alors Cécile, dans un mouvement rageur, alluma la lampe de chevet, se saisit de la poupée, releva sa chemise de nuit très haut, pour pouvoir se caresser les seins, et les cuisses écartées comme une grosse dinde, se frotta sur toute la longueur de la fente avec les lèvres de roses de la petite Lucia.La jouissance monta d’un coup. La pauvre Lucia n’en revenait pas. Son nez s’était fait secouer dans la moule de la vielle salope. Son petit minois était tout brillant des liqueurs vaginales de Cécile.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın